Le programme Liste Rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a pour objet l’évaluation à l’échelle mondiale du degré de menace et de risque d’extinction des espèces animales et végétales, ainsi que des écosystèmes.

Les listes rouges sont ainsi un outil de mesure de l’ampleur des enjeux de conservation de la faune, de la flore et des milieux naturels, permettant de définir mesures et stratégies de conservation.

Déclinées aux échelles nationales et régionales, elles sont en France établies conjointement par le comité français de l’UICN et le Muséum National d’histoire Naturelle (MNHN) avec l’aide de nombreuses autres structures partenaires.

Résultat de recherche d'images pour "liste rouge flore france"

Parue fin 2018, la Liste Rouge de la flore vasculaire de France métropolitaine évalue pour la première fois le risque d’extinction de l’ensemble de la flore vasculaire indigène de France.

Trois ans de travaux et d’analyse des données rassemblées par les Conservatoires Botaniques ont été nécessaires à cette évaluation du statut de ce groupe diversifié rassemblant plantes à fleurs, fougères et conifères, soit près de 5 000 espèces végétales possédant des vaisseaux conducteurs de sève (ce qui n’est pas le cas des mousses et des algues).

Parmi les espèces recensées, il en subsiste toutefois un petit nombre (373) pour lesquelles le manque de données ou de connaissances n’a pas permis d’évaluation suffisamment fine et fiable.

Concernant les 4 982 espèces évaluées, 421 sont menacées de disparition et 321 quasi menacées soit 15 % de la flore vasculaire. Or, 97 de ces espèces menacées et quasi menacées sont endémiques de France métropolitaine et n’existent donc pas en dehors de nos frontières, conférant à la France une forte responsabilité en matière de protection.

 Au rang des menaces, qui peuvent se cumuler :

– modification des milieux naturels du fait de l’urbanisation, de l’artificialisation des terres, de la canalisation des cours d’eau…

– disparition de milieux comme les zones humides, drainées et asséchées…

– modification des pratiques agricoles : abandon de certaines pratiques comme le pastoralisme, intensification agricole et utilisation excessive d’herbicides…

– sur-fréquentation touristique et piétinement.

Enfin, les effets du changement climatique touchent particulièrement les espèces d’altitude.

 

Consultez :