La sixième extinction de masse s’accélère et près de 13 000 articles de recherche ont été publiés sur le sujet ces 15 dernières années dans les principales revues dédiées aux sciences de la conservation. Pour autant, la biodiversité reste menacée. Les scientifiques véhiculeraient-ils un message trop pessimiste, qui rendrait leurs alertes contre-productives ?

Laurent Godet et Vincent Devictor, rattachés au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), ont analysé ces publications pour essayer de comprendre ce paradoxe entre « biodiversité menacée » et « littérature riche ». Au travers de leur étude « What conservation does « publiée le 10 septembre 2018 dans la revue Trends in Ecology and Evolution, ils proposent un premier « portrait empirique » de l’état des milieux naturels et des populations, de l’identification des menaces et de l’évaluation des politiques de conservation.

Leur analyse les amène à conclure que :
– les quatre principales menaces pesant sur la biodiversité (forte exploitation des ressources, fragmentation des habitats, introduction d’espèces invasives, extinction des espèces) sont en réalité connues depuis 40 ans. S’y ajoutent les changements climatiques qui déséquilibrent d’autant plus les milieux naturels ;
– le retour spontané d’espèces et la nette amélioration de certaines situations de crise grâce à des mesures de protection sont des nouvelles jugées positives.

Pour les deux chercheurs, les sciences de la conservation ne sont ni optimistes, ni pessimistes mais réalistes. Les propositions de solutions durables, compatibles avec les activités humaines, existent bien. Mais, malgré les recommandations scientifiques, les compromis réalisés restent souvent plus favorables à la poursuite de l’exploitation des ressources qu’à leur conservation.

 

 

Pour en savoir plus:
> Lire le communiqué de presse relatif à la sortie de l’étude
> Prendre connaissance de l’étude en question: What conservation does. L. Godet et V. Devictor. Trends in Ecology and Evolution, le 10 septembre 2018
> Découvrir l’entretien accordé par l’un des chercheurs ayant réalisé cette analyse

 

 

© Crédit photo: Figure 2 in « What conservation does », L. Godet and V. Devictor.